La mission post-fossile

Les architectes jouent un rôle majeur dans la construction climat-compatible. Dans un nouveau bâtiment énergétiquement performant, plus que 70% des gaz à effet de serre sont générés lors de la construction.

Fotos: Andrin Winteler

Les architectes jouent un rôle majeur dans la construction climat-compatible. Dans un nouveau bâtiment énergétiquement performant, plus que 70% des gaz à effet de serre sont générés lors de la construction.

«How much does your building weigh?»
Richard Buckminster Fuller


Quiconque veut comprendre l'architecture par l'arithmétique est voué à l’échec : trop de variables, trop d'inconnues, trop d'histoire. Et pourtant, la discipline ne peut éviter les valeurs concrètes si elle veut prendre au sérieux sa contribution à la protection du climat. La construction et l'exploitation des bâtiments génèrent quarante pour cent des émissions de CO2 mondiales émises par l’être humain. D’ici 2050, le secteur de la construction doit se défaire de sa dépendance à son égard. Cette entreprise amitieuse exige la volonté des maîtres d’ouvrages, les compétences des planificateurs et les solutions des industriels. La construction zéro CO2 n’est pourtant pas possible aujourd’hui : ni le béton ni le verre ne peuvent être produits sans émissions, et chaque maison a besoin au moins d’une fondation et d'une fenêtre.

Lors de cette période de sevrage du CO2, les architectes ont un rôle majeur à jouer, parce qu’ils ont la vue d’ensemble sur tous les aspects décisifs, parfois antagonistes. Construire climat-compatible signifie : il ne s’agit pas uniquement de l’énergie, mais surtout des gaz à effet de serre. Selon le cahier technique SIA 2040 « La voie SIA vers l’efficacité énergétique », plus de septante pour cent des gaz à effet de serre pour un nouveau bâtiment et cinquante pour cent lors d’une rénovation sont émis lors de la phase de construction. C’est le domaine de l’architecture.

La construction durable englobe beaucoup de sujets, allant de la protection des locataires à celle des oiseaux, mais le changement climatique est prioritaire. Il est plus urgent et plus important que d’autres crises. Il existe d’ailleurs des lois, des normes et des standards pour de nombreux aspects écologiques et sociaux. Pour le problème du CO2, cependant, il n’y a toujours pas de mécanisme efficace, que ce soit sur le plan politique ou économique. L’exploitation d’un bâtiment est réglementée par la loi, mais la quantité de gaz à effet de serre que sa construction émet dans l’atmosphère sous forme d’énergie grise reste l’affaire du marché, pas de l’Etat.

Etablir un écobilan n’est pas une science exacte. Mais ce ne sont pas les décimales qui importent, mais les gros leviers. Ce dossier thématique montre en six chapitres, où se situent ces leviers dans la conception et comment les architectes peuvent les manier. S’ils considèrent tous les niveaux de la construction, ils peuvent réduire les gaz à effet de serre d’environ un tiers. S’ils construisent moins que d’habitude, ils économisent encore plus. Etant donné que le dossier climatique est assez complexe, nous nous concentrons ici sur l’aspect des gaz à effet de serre. L’architecte doit prendre en compte tous les éléments climatiques, car certaines mesures d’amélioration entraînent des inconvénients sur d’autres plans.

La bonne nouvelle : la créativité climat-compatible ne connaît pas de limites strictes, car il y a peu de critères d’exclusion. Cependant, il existe des priorités claires. C’est la raison pour laquelle, nous évaluons l’effet de chacune des mesures avec l’indication de zéro à cinq points. Ceux qui manieront le plus de leviers possibles, seront les plus efficaces : les deux tiers des mesures sont pondérés avec trois ou quatre points. Réduire le CO2 est comme perdre du poids, sauf qu’on compte le carbone au lieu des calories. On peut manger moins ou bouger plus. Le mieux c’est de faire les deux. Les réponses montrent également ceci : celui qui veut concevoir du bâti sans émissions, doit remettre en question ses habitudes. L’architecture post-fossile est différente – des fondations jusqu’au toit. Les architectes devraient saisir avec enthousiasme cette opportunité pour développer une nouvelle expression forte et contemporaine. Enfin, un regard factuel est nécessaire. Il ne s’agit pas de jouer les matériaux les uns contre les autres ou de faire d’une construction la seule solution possible. En fin de compte, ce sont les chiffres des gaz à effet de serre qui comptent, quelle que soit la façon dont on s’en est débarrassé.

Traduction
La version française des conseils climatiques a été traduite par la coopérative labac – architectures et espaces chantiers de Montreux.

Photo prise dans l’atelier d’Andrin Winteler.

Photographie
Le photographe Andrin Winteler a mis en scène d’une manière artistique le thème du climat pour ce dossier thématique avec des matériaux de construction qui dégagent des bouffées de fumée et de vapeur. Il rend ainsi les émissions éphémères visibles et palpables.

Remerciement
Sebastian El Khouli, Architekt und Partner im Büro BGP; Katrin Pfäffli, Architektin und Beraterin für Nachhaltigkeit aus der Bürogemeinschaft Preisig Pfäffli; Guillaume Habert, ETH-Professor für nachhaltiges Bauen; Rolf Frischknecht, Inhaber von Treeze und Geschäftsführer Plattform Ökobilanzdaten im Baubereich; Gianrico Settembrini, Leiter der Forschungsgruppe ‹Nachhaltiges Bauen und Erneuern› der Hochschule Luzern; Heinrich Gugerli, technischer Leiter ‹2000-Watt-Areale›; Annette Aumann, Leiterin Fachstelle nachhaltiges Bauen Stadt Zürich.

Sources
Merkblatt SIA 2032, ‹Graue Energie von Gebäuden›; SIA 2040, ‹Effizienzpfad Energie›; SIA-Dokumentation D-0258; Eco-Bau; ‹Graue Energie von Neubauten: Ratgeber für Baufachleute›, Energie Schweiz; ‹Graue Energie von Umbauten: Ratgeber für Baufachleute›, Energie Schweiz; Faktor-Themenheft ‹Graue Energie›; ‹Nachhaltig konstruieren›, Detail Green Books; Broschüre ‹Klima als Entwurfsfaktor›, Hochschule Luzern; ‹Gesund und ökologisch bauen mit Minergie-Eco›, Gugerli, Lenel, Sintzel; KBOB-Empfehlung ‹Ökobilanzdaten im Baubereich›; Bafu-Ratgeber ‹Hitze in Städten›; Empa-Studie ‹Der Weg zum energieeffizienten Gebäudepark›; Schlussbericht ‹Optimale Dämmstärken bei Wohngebäuden bezüglich Minimierung der Umweltbelastung›, Bundesamt für Energie; ‹Environmental impact of buildings: what matters?›, ETH Zürich, Paul-Scherrer-Institut, Chalmers University of Technology; ‹Tracking construction material over space and time›, ETH Zürich; ‹A sustainable future for the European cement and concrete industry›, ETH Zürich, EPF Lausanne; ‹CO2-Effekte der Schweizer Wald- und Holzwirtschaft›, Bundesamt für Umwelt.

Conseils climatiques:
La mission post-fossile
Le mandant – remettre en question
Le bâtiment – l‘efficacité de la boîte
La construction – légère et durable
Les matériaux – utiliser peu, réemployer
L’énergie – la force de la nature
Mise en œuvre – le matériau coûte peu, le travail beaucoup

Kommentare

Kommentar schreiben
Ich kann das Bild nicht lesen